GEJ10 Le Seigneur, Créateur tout-puissant

Publié le par estaran

GEJ10 C211
Le Seigneur, Créateur tout-puissant

 

1. (Le Seigneur:) « Car vois-tu, à l'origine des temps, J'ai créé un seul grand soleil d'une taille que tu ne saurais concevoir - et à présent, si, la nuit, tu regardes le firmament, tu y verras une multitude d'étoiles. Toutes ces étoiles, à l'exception des quelques astres mobiles que tu connais, sont elles aussi des soleils autour desquels se meuvent des planètes semblables à cette terre !

2. Mais, en plus de toutes ces étoiles que tu vois la nuit au firmament, tu dois imaginer en pensée qu'il y en a encore plus d'un million de fois autant dans l'immensité de l'espace ; or, tous ces soleils et ces corps célestes dont tu ne peux concevoir le nombre sont nés au fil des temps du premier grand soleil créé à l'origine, non pas sous leur forme achevée et mûre, mais comme les grains de blé naissent sur l'épi au bout de sa tige, en pleine possession de leur capacité de reproduction !

3. Et, Je te le demande, qui a fourni à ces grands corps célestes la substance qui leur a permis de se multiplier et de parachever leur formation ? »

4. Le juge : « Qui d'autre que Toi, ô Seigneur et Maître ? »

5. Je lui dis : « Mon cher ami, si tu comprends cela, tu comprendras aussi, sans doute, qu'il doit M'être possible de multiplier et de faire croître sur notre table un agneau rôti qui nous paraissait trop petit, de la même façon que J'ai pu, au cours des temps, et à partir d'un unique premier grand soleil, donner une existence visible à une infinité d'autres soleils et planètes et, à leur manière, les fixer solidement à leur place et dans leur activité.

6. Pour toi, une pierre est un objet absolument mort ; mais si tu avais ici une pierre, Je pourrais devant toi lui donner sur-le-champ une taille extraordinaire, ou aussi bien dissoudre la plus grosse pierre jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien pour tes sens terrestres, et Je pourrais aussi la changer à l'instant en une terre fertile.

7. Ainsi donc, sur un corps céleste, c'est pour Moi la même chose que de tout disposer peu à peu dans un certain ordre, ou, au besoin, de le faire apparaître très soudainement.

8. Et si, sur les corps célestes, les choses n'apparaissent que peu à peu et comme s'ensuivant les unes des autres, la raison en est principalement Mon amour, Ma patience et Ma douceur envers les hommes, en premier lieu ceux de cette terre, mais aussi ceux qui vivent sur les autres planètes et y mettent à l'épreuve la liberté de la vie. Car c'est tout l'espace infini qui est Ma vraie maison, et il y a dans cette maison un nombre infini de demeures que tu connaîtras mieux un jour, dans Mon royaume.

9. Comprends-tu à présent, Mon cher ami, comment il M'a été possible de faire grandir et de multiplier l'agneau rôti ? »

10. Le cœur tout contrit, le, juge répondit : « O Seigneur et Maître, je le comprends certes mieux qu'auparavant, mais je me sens comme réduit à néant devant Ton infinie et sublime grandeur ! Je sens bien que j'existe encore, mais, auprès de cela, j'éprouve le sentiment que, devant Toi, je suis autant dire rien ! »

11. Je dis : « Et pourtant, comme tous les hommes, tu es toi aussi, justement par Moi, infini et éternel ! Veux-tu être encore davantage ? Mais ce n'est que lorsque Mon esprit se sera éveillé en toi que tu en sentiras en toi le comment. »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article