LE FLUX MAGNETIQUE

Publié le par estaran



Terre et Lune de Jacob Lorber


APPENDICE SUR LE FLUX MAGNETIQUE

 

 

- 5 Juin 1841 -

 


Si vous observez les choses des plus petites aux plus grandes, comme elles se présentent dans leurs formes et leurs densités, plus ou moins semblables entre elles, et aussi plus ou moins de mêmes propriétés, ce qui avant tout vous tombe sous les yeux c'est leur forme. Si vous prenez en main l'un ou l'autre objet, le sens du toucher vous révélera immédiatement si l'objet même est plus ou moins consistant. Si ensuite vous prenez en main diverses choses l'une après l'autre, toutes cependant de dimensions extérieures identiques, vous constaterez une troisième différence, c'est-à-dire celle du poids spécifique. Mais lorsque enfin vous voudrez examiner la solidité des corps, vous trouverez que souvent les corps les moins solides sont spécifiquement plus lourds que ceux parfaitement solides. Ainsi par exemple, un volume donné d'argent liquide est beaucoup plus pesant qu'un volume égal de l'acier le plus compact; et de ces exemples on peut en citer en quantité.

Et même des choses parfaitement identiques, comme par exemple l'eau, tant entre des eaux à l'état normal qu'entre des eaux à des conditions diverses de température, elles révèlent à égalité de volume une différence de poids; et ainsi une goutte de pluie se trouve être plus légère qu'une goutte d'eau de puits ou bien d'une quelconque autre source; de même une goutte chaude est plus légère qu'une goutte froide, et une goutte gelée est aussi plus légère que n'importe quelle autre goutte d'eau. Des différences identiques, vous pouvez les rencontrer en toutes les choses. Pour vous convaincre ensuite de combien de diversité règne entre les diverses espèces et les genres même entre leurs gradations, à tout point de vue, que ce soit de la forme, de la solidité et du poids, il suffit que vous jetiez un seul regard sur toutes les choses, et elles vous diront à haute voix: Tu vois, toi qui es en train de chercher quelle infinie variété règne entre nous, eh bien, l'essence de nous toutes a son fondement en une seule et même loi, et toutes nous sommes composées d'une seule et même substance; mais en dépit de cela nous sommes faites de telle sorte, que presque aucune ne ressemble parfaitement à l'autre, tant en ce qui concerne la forme, que la solidité et le poids.

Ce que nous avons à présent déclaré tout d'abord est une introduction nécessaire, sans laquelle vous réussiriez difficilement à comprendre ce qui suivra; car avant que nous arrivions à la véritable explication de ce que l'on appelle le magnétisme, il conviendra que vous preniez le temps de ronger quelques petits os, plutôt durs, tirés hors de la sphère de la sagesse, sans quoi la question ne pourrait jamais plus être éclairée à fond pour votre intelligence.

Donc, afin que de votre côté vous puissiez venir sur la bonne trace, et que Moi de Mon côté Je-puisse vous y guider, il est avant tout nécessaire que vous dirigiez votre esprit vers l'immense passé qui n'a pas de commencement.

Imaginez-vous ces périodes de temps où, à l'intérieur de l'espace infini, à l'exception de Moi il n'y avait aucun être, ni spirituel, ni encore bien moins matériel qui ait pu de quelque manière manifester sa propre existence en face d'un autre être.

En quoi consistait l'espace infini, et d'où affluait le temps en lequel cet espace infini existait depuis toujours ?

Qu'était Mon Être avant tout autre être, et comment de cet Être Unique a procédé ensuite chaque autre être ?

Qu'est donc l'espace ? Qu'est en cet espace Mon Être Primordial ? Et qu'est l'Être né dans le temps à l'intérieur de l'espace infini en Moi, hors de Moi et à côté de Moi ?

Vous voyez, pour aussi difficile que puissent sembler ces questions, puisées certes aux sources les plus profondes de Ma Sagesse, eu égard à une réponse suffisante à donner, elles sont au contraire justement tout aussi faciles en ce qui concerne la chose-même dont on se propose l'explication.

Un petit exemple tiré de votre vie même sera ce qui répondra à cette question, et qui en donnera l'explication. Admettons que quelqu'un de vous soit amené depuis longtemps à caresser une pensée quelconque, et que, compte tenu de ce que cette pensée lui plait, il associe à cette pensée fondamentale une seconde encore, à savoir: La pensée fondamentale ne peut-elle pas peut-être être réalisée ? Cette seconde pensée trouve bientôt la possibilité; mais pour la réalisation du but, est nécessaire encore une troisième pensée, laquelle est vraiment déjà comprise dans les deux premières et celle-ci est et consiste en rien autre que dans l'adverbe interrogatif: Comment ? Et voici que maintenant ces trois problèmes sont posés, et l'un répond à l'autre; cependant, avec ces réponses réciproques la chose n'est pas encore réalisée, et même absolument pas commencée. Pour ce motif ces trois pensées principales se rassemblent en conseil, et se consultent au sujet du très important: POURQUOI ?

Et après une courte discussion la première pensée fondamentale dit: Parce que c'est quelque chose qui m'est parfaitement semblable. La seconde pensée dit ensuite: Parce qu'il s'agit de quelque chose d'exécutable justement pour la raison qu'avec cela la première pensée ne vient à être en aucune contradiction avec elle-même, en voulant se manifester d'elle-même comme elle est; et la troisième pensée enfin dit: Parce que dans le principe de vouloir se manifester de soi-même se tient le moyen principal de la réalisation, et précisément pour la raison que la pensée dans son fondement ne contrefit en aucune manière, ni elle-même, ni aucune de ses deux parties.

Imaginons maintenant que votre pensée soit de construire en quelque endroit une maison; ne commencerez-vous pas avant tout à vous représenter dans votre imagination cette maison en toutes ses parties, ainsi qu'il vous plairait le mieux de la posséder ? Mais quand dans votre imagination la maison sera construite, et que vous vous complairez en votre édifice imaginaire, ne vous demanderez-vous pas si cet édifice imaginaire, il ne serait pas possible de le voir effectivement et matériellement construit ? Or, si réellement vous ne vouliez pas vous construire une maison en l'air, la seconde pensée vous affirmera immédiatement la possibilité de la réalisation de votre idée constructrice; et ainsi vous seriez d'accord sur deux points, car aucune contradiction ne se trouvent dans la première pensée celle-ci vient implicitement à être la condition de la seconde pensée.

Ce qui doit suivre ensuite est le *COMMENT*, c'est-à-dire, avec quels moyens. Le premier moyen principal est *la possibilité elle-même*; le second moyen est le but uni à la réalisation possible du tout; car personne ne peut attribuer un but à un projet à réaliser, avant qu'il ne soit parfaitement clair que le projet est exécutable de fait. Le troisième moyen est enfin le matériel nécessaire ainsi que la force suffisante pour adapter celui-ci en conformité avec le projet ! Eh bien, quand vous êtes certains de pouvoir disposer de tous ces éléments, et que vous êtes complètement maîtres du terrain nécessaire, quelle chose peut, ou bien pourrait vous être encore un empêchement à la réalisation tangible de votre pensée principale ?

Et voilà qu'en peu de temps vous pourrez contempler votre pensée traduite dans la réalité permanente, parce que vous avez pu trouver l’accomplissement de toutes les conditions nécessaires à la réalisation en disposant de matériaux, de forces de travail et d'un patrimoine suffisant.

Mais si vous tournez votre esprit vers Moi qui suis depuis l'éternité le Grand Porteur des idées fondamentales et l'imbattable immense architecte qui a rempli l'espace infini de constructions grandioses et on ne peut plus artistiques, vous ne pourrez faire à moins que de vous demander, ne serait-ce même qu'en passant: Mais où le Grand Architecte a-t-il pris les matériaux nécessaires pour toutes ces innombrables et immenses constructions ?

Si vous vous adressiez aux savants du monde qui sont vraiment très fourbes, vous verrez qu'ils auront bientôt la chose comme sur le bout des doigts, et quelques-uns diront que la matière est précisément tout aussi vieille que Moi-Même, et par conséquent éternelle. Voilà qu'en ce cas le problème est extrêmement facile, et nous pouvons construire à notre gré; mais la seule chose inexplicable serait celle de la façon dont J'ai commencé à mettre en œuvre cet énorme dépôt éternel de matière pour en faire sortir jusqu’au temps présent les innombrables choses, et de l'époque à laquelle J'ai vraiment commencé ce travail pour pouvoir en être, à l’époque actuelle à l'infini ? Les prémisses nécessaires de chaque chose n'ont-elles pas un commencement ?

Demandez-vous donc un peu à vous-même, après avoir bien considéré une chose après l'autre, si le nombre *infini* peut lui aussi avoir un commencement ? Cela ne pourrait rien signifier d'autre sinon que Je n’ai jamais commencé à créer quelque chose; mais s'il en était ainsi, alors que seraient et quelle origine auraient les soleils, les mondes et toutes les innombrables choses dont vous ne pouvez douter de l'existence ?

Vous voyez donc que nous ne pourrons suivre dans son raisonnement ce roublard, étant donné que sa première pensée fondamentale est saturée de contradictions, et par conséquent la seconde et la troisième pensée tombent d'elles-mêmes.

Mais il y en a un autre qui dit que Moi *Le Bon Dieu* d'un mot J'ai fait l'ordre dans l'éternel chaos, et tiré à partir de là toutes les choses. Il est impossible que déjà du premier abord ne vous tombe pas sous l’œil la parfaite ressemblance entre la première et la seconde assertion ; car, quoi d'autre pourrai donc avoir été le Chaos sinon une provision de matière déjà existante depuis l'éternité; de sorte que Je n'aurais pas été le Créateur, mais bien plutôt un artisan ? Et d'un autre côté comment pourraient s'accorder entre eux l'éternel Chaos et Mon Ordre éternel ? Mais il y en a peut-être un troisième à avoir quelque autre savant échappatoire !

Faites bien attention: Voici ici une autre assertion dans laquelle on soutient que Moi et la matière c'est la même chose. Cette assertion ne manquerait réellement pas d'un certain fondement, seulement il y aurait une chose dans laquelle y voir clair devrait être un peu difficile pour vous, du fait que vous reconnaissez en Moi seulement un Esprit rempli de puissance, de force et de vie, Qui se trouve absolument et même doit se trouver dans l'état de la plus grande liberté, étant donné que vous, Ses créatures, êtes déjà libres et pouvez devenir encore infiniment plus libres; comment donc : Cet Esprit suprêmement Libre rempli de force et de vie, comment peut-il se trouver, en se manifestant comme TEL, à l'intérieur d'innombrables pierres impuissantes et sans vie, et en tout autre genre de matière morte ? En vérité, celui qui pourrait démontrer de manière évidente une chose semblable devrait posséder un savoir beaucoup plus infini encore que le Mien; car il est probable que vous, de toute éternité, n'ayez absolument rien à craindre d'une semblable concurrence en savoir, et cela pour la raison que le savoir de tous les innombrables esprits angéliques les plus parfaits vis à vis du Mien, se trouve dans le rapport précis d'un atome infiniment petit vis à vis de l'espace infini qui en aucun lieu ne commence et en aucun lieu n'a de fin !

Il est inutile que Je vous cite encore les versions d'autres esprits supérieurs, car les unes ne sont en rien plus sages que les autres; mais étant donné que les choses existent toutefois comme vous le voyez, et que Moi et les choses nous ne sommes pas identiques, mais bien plutôt que Je suis Dieu depuis l'éternité, et que les choses de leur côté sont comme Je les ai créées à partir de Moi, en Moi, et donc près de Moi, cela méritera aussi, Je crois, que soit porté à la connaissance, comment toutes les choses ont été créées à partir de Moi, en Moi et auprès de Moi !

Ecoutez-Moi donc ! Ne vous est-il pas possible d'imaginer diverses choses bien ordonnées, bonnes et donc utiles ? - Vous le pouvez certainement -, seulement pour être vous-mêmes des créatures finies et non pas, comme ce serait en tout cas impossible, infinies comme Moi, il en résulte donc que vos pensées sont comme vous-mêmes sujettes à un nombre fini. Par contre MES pensées existent toutes en un même instant et dans la même clarté, c'est-à-dire, correspondant à Moi-Même, selon Mon Essence Divine. Donc, quand Je veux que Mes Pensées demeurent, alors l’œuvre en est aussi déjà accomplie; et par conséquent toutes les œuvres que vous voyez, comme vous-mêmes aussi, ne sont pas respectivement matière et vous n'êtes pas matière, ni chaos ordonné, ni Dieu dans la matière, mais bien Mes pensées retenues et fixées par Moi.

Eh bien Mes pensées retenues et fixées ne sont-elles pas peut-être hors de Moi, en Moi et près de Moi ? Elles sont certes hors de Moi, pour la raison que même vous, ne pouvez penser à partir d'aucun autre sinon qu'à partir de vous-mêmes; et d'autant moins le pourrais-Je donc Moi, étant donné qu'en dehors de Moi, il n'existe pas de second Dieu d’où pouvoir tirer des Pensées ? - Que ces pensées donc doivent être aussi en Moi, et non en quelque autre être, est chose qui n'a pas besoin d'une autre démonstration. Mais qu'ensuite ces pensées actives, bien que jaillies hors de Moi et existant en Moi, existent cependant à côté de Moi, vous pourrez le relever probablement avec une absolue clarté de ce que, considérant déjà vos propres pensées, vous devez convenir qu'il n'y a pas une parfaite identité entre vous et votre pensée ; raison pour laquelle d'autant plus Mes Pensées ne sont pas Mon Moi, mais sont simplement Mes Pensées. Mais ce qui n'est pas l'Ego, existe hors de l'Ego; et puisque ce n'est pas la même chose que l'Ego, mais bien plutôt une chose produite par l'Ego, cela existe par conséquent aussi en celui-ci et à côté de celui-ci. Mais vous ne devez pas vous imaginer les termes *à côté* et *auprès* comme vous imagineriez un arbre à côté de l'autre, ce qui est on ne peut plus inexact, car un arbre n'est pas vraiment *à partir* de l'autre. Ainsi ce n'est pas le cas du penseur et de ses pensées, étant donné que le penseur est le créateur de la pensée, et que lui à partir de ses capacités immanentes et des perfections correspondant à ces capacités crée une idée formée opportunément et avec ordre; et c'est pourquoi lui, l'actif créateur, et l'idée puisée en lui ne sont pas une seule et même chose, mais sont bien plutôt dans le même rapport que celui qui produit et ce qui est produit; ils sont donc l'un à côté de l'autre. Il sera suffisant que vous réfléchissiez seulement un peu sur ce qui précède, et il vous sera certainement facile de saisir ces miettes de sagesse au moins en ce qui est nécessaire pour le but que nous nous sommes fixé à l'avance.

Et puisque désormais nous avons déclaré au préalable tout ce qu’il fallait, nous procéderons maintenant d'un seul coup à la coupe de ce nœud gordien qu'est le magnétisme. Qu'est donc le magnétisme ? Ecoutez, et ensuite étonnez-vous un peu ! - Le magnétisme, ou plutôt le fluide magnétique n'est justement vraiment rien autre que Ma Volonté perpétuelle, conservatrice et directrice de Mes Pensées; car elle maintient et guide en premier lieu la création entière, et conserve à tout être visible pour vous, leur propre forme et une activité ordonnée. Vous-mêmes, du point de vue de l'essence formelle, vous lui êtes assujettis pour toutes les éternités des temps; et si vous ne l'étiez pas, vous n'existeriez pas non plus, comme n'existent pas les pensées qui n'ont encore jamais été pensées ; cependant, en vous il y a quelque chose de plus que Ma Volonté agissant dans l'infinité du temps et de l'espace ; et cette chose en plus consiste en ce que vous êtes mes pensées de prédilection, et c'est pourquoi aussi Mon Amour, qui constitue le fondement propre de Ma vie, passe en vous et vous modèle en créatures indépendantes comme Je le sui MOI ; créatures qui, à condition d'accueillir Mon Amour sur la base de leur libre volonté déjà auparavant accordée à elles, peuvent avec cela, justement moyennant Cet Amour, arriver à la possession absolument personnelle et très parfaite de la plus large liberté.

Vous savez qu'aux fins de ce que l'on appelle *magnétiser*, il faut une ferme volonté dans la puissance convaincante de la foi, afin de pouvoir de cette manière être utile à quelqu'un; ce procédé, voyez-vous, ne se déroule pas autrement, si ce n'est que le magnétiseur, soit consciemment, ou bien même en partie inconsciemment, unit sa force de volonté avec la mienne et moyennant les représentants actifs de sa propre volonté, la fait glisser sur celui qui souffre. Avec cela, ce dernier se fortifie, devient progressivement plus solide et par conséquent aussi plus sain, c'est-à-dire, dans sa personnalité naturelle isolée, plus lourd ; Voilà : ainsi vous avez vraiment déjà tout.

Ma Puissance de Volonté est l'immense lien qui tient unis ensemble tous les corps célestes et qui les porte tous et les guide dans la trame compliquée de leurs orbites. Elle est positive parce qu'elle agit effectivement; négative dans son propre et immuable principe de la conservation, lequel cependant, correspond au principe de l'ordre éternel même, et le tout est comme si vous disiez: Jusque là et pas plus loin ! - Le *Jusque là* est la loi de l'activité perpétuelle, éternelle, et le *Pas plus loin* est le pôle négatif, c'est-à-dire, la loi conservatrice de l'Ordre éternel.

Et ainsi Ma Volonté polarisée de cette manière constitue dans le temps l'élément premier de toutes les choses, quelles que soient leurs formes ou la substance dont elles sont composées; qu'elles soient grandes, petites, compactes, dures, molles, pesantes ou bien légères, elles ne sont toujours rien d'autre que Mes pensées très sages, et elles doivent leur existence physique visible à la polarisation de Ma Volonté éternelle que désormais vous connaissez déjà.

Et voilà qu'à présent à ce sujet vous savez tout; si vous voulez méditer là-dessus, tous les phénomènes vous paraîtront clairs comme le Soleil; mais toutes les explications que voudrait vous fournir le monde, il est nécessaire que vous les répudiez à priori, car en vérité Je vous dis: Elles sont plus éloignées de la vérité qu'un pôle de la Création à l'autre.

Cela, Je vous l'assure, MOI, qui suis l'Unique Possesseur original du magnétisme le plus puissant. Comprenez bien ce que Je vous ai dit.

AMEN!

 

F I N

 

Publié dans LA VRAIE CONNAISSANCE

Commenter cet article