GEJ10 Du caractère inconcevable de la Création

Publié le par estaran

GEJ10 C207
Du caractère inconcevable de la Création

 

1. Le juge romain : «Ah, Seigneur et Maître, Tu as choisi là une image particulièrement appropriée, et j'ai moi-même vécu dans ma jeunesse une aventure semblable - bien que dans une moindre mesure. Lorsque mon père vivait encore, j'ai fait avec lui, dans le nord des provinces romaines proprement dites, un voyage qui m'a mené en Vénétie. Là, j'ai vu un palais magnifique, proche de la perfection selon toutes les règles de l'art, et j'ai été pris d'un grand désir de connaître personnellement l'audacieux architecte.

2. En compagnie de mon père, j'arrivai bientôt à sa demeure et à son atelier de sculpteur, et rencontrai peu après l'artiste en personne. Or, c'était un homme fort simple et modeste, un Grec natif de l'île de Rhodes, et que, le voyant de loin, on n'eût pas seulement cru capable de compter les doigts de sa main ; mais, dès que l'on commençait à parler avec lui, on se rendait compte aussitôt qu'il maîtrisait non seulement l'ancienne arithmétique d'Euclide, mais bien d'autres arts et sciences, et j'éprouvai dès lors une estime extraordinaire pour ce grand architecte et sculpteur.

3. Pourtant, Seigneur et Maître, je ne sais toujours pas ce que Tu as vraiment voulu signifier à son sujet par cette comparaison si bien choisi. ! »

4. Je dis : «  Mon cher ami et frère, seulement que ta félicité supposée en Ma compagnie et en celle de l'archange Raphaël était encore bien loin d'avoir atteint son plus haut degré, et qu'elle ne l'atteindrait que lorsque tu aurais appris à connaître de mieux en mieux et toujours plus intimement tout ce que J'ai bâti et créé ! Tu sais certes déjà que je possède au plus haut point la faculté créatrice, et tu te fais de celle-ci l'idée la plus grandiose dont tu sois capable depuis que tu M'as vu accomplir certains signes ; mais tu t'en feras assurément une tout autre idée quand, par une contemplation plus profonde de Mes œuvres, la vision intérieure que tu as de Moi sera devenue infiniment plus vaste et plus élevée. Car, alors seulement, ce qu'il y a de véritablement divin en Moi commencera à t'apparaître sous un jour toujours plus lumineux, bien que jamais dans la lumière suprême où Je suis Moi-même intérieurement, parce que, même dans sa plus grande perfection, aucun esprit créé par Moi ne peut y parvenir.

5. Bien sûr, tu te dis à présent : "Comment cela ? En ce cas, même l'esprit le plus élevé et le plus parfait ne sera jamais rien devant Toi !"

6. Et en cela, Je te le dis, tu as raison toute chose M'est sans doute possible, sauf de créer un second Moi parfaitement identique à Moi-même, pas plus que Je ne puis créer un second espace infini ou une seconde éternité, et c'est pourquoi même le plus parfait des esprits angéliques ne pourra jamais atteindre la pleine puissance infinie de Ma lumière, ni les limites de l'espace infini, ni compter le nombre des heures de l'infini du temps. Il pourra certes élargir indéfiniment la notion qu'il a de ces trois choses, mais sans jamais en atteindre la fin pour autant.

7. En voyant la puissance lumineuse du soleil, tu penses déjà que cette lumière est la plus intense que tu puisses concevoir. Que serait-ce alors si, au lieu de cet unique soleil, Je mettais pour toi au firmament mille soleils aussi grands et aussi lumineux ? La lumière qui frappe cette terre n'en serait-elle pas mille fois plus forte ? »

8. Le juge : « O Seigneur et Maître, ne fais surtout pas cela ! Car nous avons déjà bien assez, spécialement l'été, avec la lumière de ce seul soleil, et si mille soleils se mettaient à briller au firmament, toutes les créatures de cette terre seraient bien vite brûlées, et, après elles, la Terre tout entière. Un jour, à Alexandrie, j'ai vu ce que pouvait faire la lumière du soleil lorsqu'on la dirigeait vers un miroir concave : par l'effet de ce seul miroir, notre unique soleil, grossi dix à vingt fois, provoque des effets si dévastateurs qu'au point où ses rayons se concentrent, tout se met à brûler ; alors, qu'on imagine l'effet de mille soleils ! »

9. Je dis : « Oui, tu as raison, et la Terre a bien assez de son unique soleil ; Je voulais seulement par là te faire remarquer que même la lumière naturelle pouvait être élevée à une puissance infinie et alors, combien davantage la lumière spirituelle !Et c'est pourquoi il est écrit dans Moïse que nul être créé ne peut contempler l'être de Dieu dans Sa réalité profonde et conserver la vie. »

10. Le juge : « O Seigneur et Maître, c'est maintenant que je suis véritablement saisi de crainte en Ta présence, car je ressens toujours plus ma parfaite inanité et Ta parfaite totalité ! Ah, Platon avait bien raison de le dire : "Dans une vision, j'ai vu la lisière du vêtement de Dieu ; alors, tout devint lumière, je me trouvai comme dissous dans le néant, et seul l'amour de la divinité m'empêchait encore de perdre conscience !" »

11. Je dis : « Ce philosophe avait raison - mais seulement en son temps ; car il en sera tout autrement désormais ! Si Je Me suis revêtu d'un corps, c'est afin de ne plus vous apparaître à l'avenir comme un Dieu impossible à concevoir et à contempler, mais comme un homme avec qui vous pouvez vous entretenir comme avec votre semblable, et J'ai ainsi fait de vous non seulement Mes enfants parfaitement à Mon image, mais aussi Mes vrais amis et Mes frères.

12. Vous devez certes vous réjouir tous de cette circoncision de Ma part, et vous n'en serez pas gênés si vous comprenez que Je reste à jamais inaccessible dans Mes qualités divines éternelles.

13. Mais voici qu'arrive notre agneau rôti ! Occupons-nous de lui, et, pendant ce temps, laissons tout le reste ! »

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lilly 09/11/2009 17:19


hello bienvenu dans ma comunauté, je ne crois plus en dieu mais nous sommes tous différents et chacun a le droit de trouver où il veut le sens de son existence, ses interet, ses passions.... je
respecte ton choix d'autant plus que j'ai été dans des écoles catholiques et que j'ai cru en dieu .
bonne continuation
bonne soirée!


estaran 11/11/2009 11:45


Croire en Dieu c'est croire en l'Amour le plus pur sans égoïsme sans tromperie ni manigance
si tel est ton cas, alors tu es une enfant de Dieu et le met en pratique

là réside la véritable liberté de l'être humain, aimer divinement qui est opposé à l'amour de soi

il est bien que tu ai laissé un commentaire, marque de ton attirance pour les choses de l'Amour divin

Patrick